Les analyses factorielles des correspondances, appliquées ici au lexique, mettent en evidence les affinités, rapprochements ou éloignements qui se manifestent entre les différents locuteurs.

Ici, sur la partition en locuteur, le plan factoriel indique un certain nombre de pistes de recherches...

Toujours les mêmes discours présidentiels de fin d’année ?

Pas nécessairement. Il y a pourtant une forte individuation des vœux. De Gaulle « toujours égal à lui-même » et pourtant très différent de tous les autres. Chirac et Mitterrand très identifiables également et relativement proches l’un de l’autre. Le constat est quelque peu différent pour les années Pompidou et VGE. Que penser de cette dispersion ? Recherche d’innovation chez Giscard ? Recherche d’identité chez Pompidou ? S’agit-il d’un effet de corpus ? (Les messages de Pompidou sont toujours beaucoup plus courts que chez les autres présidents).

Le fait que les locuteurs soient très identifiables relève-t-il de la personnalité, du style ou tout simplement de la chronologie ou de l’événementiel ?